27/07/2016

La tordeuse du mélèze des Hautes-Alpes

Les forêts de meleze du Queyras

Les étés 2014, 2015 et 2016, une partie de la forêt de mélèzes du Queyras semble malade. Certains arbres sont roux au lieu du vert chatoyant habituel. Maladie ? Pollution ?
En vérité, il ne faut pas s'inquiéter de ce brunissement soudain. C'est l'effet visible d'un cycle naturel parasitaire qui culmine tous les sept à dix ans. Les mélèzes du Queyras et des Hautes-Alpes vont s'affaiblir tour à tour pendant deux années sous les assauts de la chenille du petit papillon zeiraphera diniana dite « tordeuse grise du mélèze ». A la suite des destructions d'aiguilles, les arbres forment un nouveau feuillage aux dépens des réserves accumulées. Les chemins en forêt se parent de longs fils de soie qui clignotent dans la lumière. Les moines de l'Abbaye de Boscodon notaient déjà ces cycles au Moyen-âge. Un phénomène exceptionnel et rare à observer !