11/07/2013

Le Rhododendron ferrugineux (rhododendron ferrugineum)


À l’origine, il n’y aurait que 5 espèces de rhododendrons en Europe ; seulement 2 en Suisse et en France. Le rhododendron ferrugineux est caractéristique de la « zone de combat » à la limite supérieure de la forêt subalpine. Cette rhodoraie est une des formations arbustives des Alpes et des Pyrénées. Dès la fonte des neiges, ses fleurs explosent de pourpre dans les montagnes du Queyras. Si la rouille qui tapisse la face inférieure des feuilles  (chrysomyxa rhodendrii) est observée depuis longtemps – d’où le non ferrugineux et la croyance à l’attraction de la foudre… –, on vante plutôt la beauté de l’arbuste. Les tumeurs parasites du rhododendron (exobasidium rhododendrii) étaient parfois infusées dans l’huile comme remède articulaire (une « huile de marmotte » de plus à l’initiative des montagnards…).

Remède dangereux, s’il en est. En effet, la plante toxique renferme un alcool diterpénique – l’andrométoxine – qui peut causer des troubles digestifs, nerveux, cardiovasculaires, respiratoires, très graves dans certains cas… On ne manquera pas la traversée de ces rhododendrons splendides qui ornent les deux côtés des sentiers étroits du Col Lacroix, au-dessus de Ristolas, vers le vide des vallées vaudoises...